En bref

=► RAPPEL DES DROITS ET OBLIGATIONS DU CYCLISTE SUR LA ROUTE

Le 5 juillet 2020. Article de Direct Vélo

Si la circulation est règlementée pour les automobilistes, les cyclistes ne sont pas en reste. En circulant à vélo, des règles de la circulation doivent être respectées pour votre propre sécurité, mais aussi celle des autres usagers de la route. Si vous avez des questions à ce sujet, demandez conseil à un expert du Code de la route comme un avocat en droit routier. Le point sur vos droits et devoirs de cycliste.

Circuler à vélo sans le permis de conduire

Bien que le vélo ne soit pas motorisé, il n’en est pas moins un véhicule auquel s’applique le Code de la route. Les règles de la circulation ne font pas la distinction, exception faite du permis de conduire non obligatoire pour le cycliste. Si vous êtes propriétaire d’un véhicule motorisé, et donc d’un permis de conduire, commettre une infraction entraîne le retrait des points. Toutefois, cette pénalité administrative ne s’applique que pour les infractions commises avec un véhicule dont la conduite avec un permis est exigée, affranchissant ainsi les infractions à vélo. Par contre, le juge peut décider de la suspension de votre permis de conduire pour certaines infractions commises à vélos comme le franchissement d’une ligne continue, le non-respect d’un feu rouge ou la circulation en sens interdit, etc. Si vous perdez des points sur votre permis de conduire ou s’il est suspendu pour une infraction routière, consultez un avocat en droit routier pour défendre vos intérêts.

Les équipements requis

Avant de circuler à vélo, sachez que des équipements obligatoires sont prévus par le Code de la route. Il s’agit d’une part, des équipements pour le vélo, et d’autre part des équipements destinés au cycliste.

Les équipements pour le vélo

Afin de réduire les risques d’accident avec des véhicules motorisés, les équipements suivants sont essentiels pour une bonne visibilité de jour comme de nuit :

- Les catadioptres sont obligatoires : rouge à l’arrière, blanc à l’avant, orange sur les côtés, sans oublier sur les pédales.
- Les feux de position, facultatifs, mais utiles en cas de visibilité réduite : feu avant jaune ou blanc, feu arrière rouge.
En outre, vous devez équiper votre vélo de :

- Deux dispositifs de freinage avant et arrière ;
- Un avertisseur sonore ou une sonnette qui peut être entendu au minimum à 50 mètres afin de signaler tout danger ;
- Un siège passager avec un système de retenue spécifique pour le transport d’un enfant de moins de 5 ans. Il faut souligner qu’il est interdit de porter l’enfant contre soi, en utilisant un porte bébé par exemple.
Les équipements pour le cycliste

Les cyclistes sont encouragés à porter les équipements suivants pour plus de sécurité à vélo :

- Le casque : il n’est pas obligatoire sauf pour les enfants de moins de 12 ans depuis le 22 Mars 2017 ;
- Le gilet rétro-réfléchissant : obligatoire pour tout cycliste afin d’offrir une haute visibilité pendant la circulation hors agglomération ;
- Un écarteur de danger : facultatif, mais fortement recommandé. En fixant ce dispositif sur le porte-bagages, les automobilistes prennent plus d’espace pour vous doubler ;
- Des rétroviseurs : ils vous permettent de garder une visibilité à l’arrière, rendent toute manœuvre facile et permettent de réagir si le danger se présente.


Conseil :

Choisissez un vélo en bon état et adapté à votre taille pour votre sécurité

Le code la route

Le cycliste est soumis aux mêmes règles et obligations que tous les autres usagers de la route. Par exemple, rouler sous influence de l’alcool, rouler en sens interdit,
faire usage d’un téléphone portable tenu en main, d’un casque de musique ou d’oreillettes, etc.

Rouler à vélo en agglomération

Aujourd’hui, le vélo devient le moyen de transport le plus apprécié des Français, en particulier dans les grandes agglomérations. Par exemple, en 2019, les cyclistes
parisiens ont augmenté en nombre, à raison de 60 %. Parallèlement à cette augmentation, le nombre d’accident sur Paris a aussi augmenté de 63 % au premier trimestre 2019, soit 147 cyclistes blessés.

Des règles spécifiques s’appliquent aux cyclistes qui roulent en ville, notamment :

- Circuler sur les bandes cyclables ;
- Circuler sur le côté droit lorsque vous êtes face à la route ;
- Ne pas circuler sur les trottoirs, sauf pour les enfants de moins de huit ans, ou exceptionnellement si vous conduisez votre vélo à la main ;
- Circuler à 20 km/h dans les zones de rencontre ;
- Circuler à 30 km/h dans les zones 30 ;
- Stationner aux emplacements indiqués ou sur la chaussée.
Attention :

La municipalité peut prendre des dispositions contraires aux règles énumérées.
Aussi, est-il conseillé de bien s’informer.

Bon à savoir :

La signalisation « cédez le passage cycliste au feu » est mise en place au feu tricolore. Elle vous autorise à aller tout droit ou tourner à droite lorsque vous arrivez à l’intersection et qu’au même moment le feu devient rouge.

Circuler à vélo hors agglomération

Dès lors que vous roulez à vélo en dehors de la ville, vous devez :

- Serrer à droite au maximum dans les virages ;
- Rouler à bonne distance de l’accotement ou du bord de la route ;
- Si vous êtes en groupe, roulez à deux ou en file indienne le jour, et toujours en file indienne la nuit ou quand un véhicule souhaite vous doubler.
Les sanctions en cas d’infraction à vélo

Enfreindre le Code de la route est passible d’une peine d’amende dont le montant dépend de la classe de la contravention, qui va de la 1 ère à la 4 ème classe. A noter également que les amendes sont au forfait minoré ou majoré en fonction du délai de paiement sans dépasser un maxima fixé par le code pénal.

- Amende de 1 ère classe : entre 11 € et 38 € ;
- Amende de 2 ème classe : entre 22 € et 150 € ;
- Amende de 3 ème classe : entre 45 € et 450 € ;
- Amende de 4 ème classe : entre 90 € et 750 €.
Rouler à vélo vous expose davantage au danger, mais les accidents de circulation peuvent être évités en respectant entièrement le Code de la route. Que vous rouliez le jour ou la nuit, en ville ou hors agglomération, disposer d’un vélo en bon état et des équipements indispensables constitue une mesure de sécurité essentielle pour vous et les autres usagers de la route.

=► ON A RETROUVE JONATHAN MOUCHEL

318

CRÉDIT PHOTO GUY DAGOT - WWW.SUDGIRONDECYCLISME.FR


Par JEAN-MICHEL RUSCITTO
Article de Direct Vélo paru le 31 mars 2016,

Multiple Champion de France sur piste dont un quadruplé inédit en Juniors (poursuite individuelle et par équipe, américaine et course aux points), Jonathan Mouchel a aussi brillé sur la route quand il a porté le maillot de l’AVC Aix-en-Provence pendant quatre saisons, de 2007 à 2010. Il a fait partie de l’une des plus belles générations du club provençal. Après une dernière année au CC Marmande, il s’est retiré des pelotons en 2011 sur une chute en finale de l’Américaine. Aujourd’hui courtier en vin, il a rembobiné de quelques années pour DirectVelo.

DirectVelo : Qu’est ce qui te vient à l’esprit quand on évoque ces années vélo ?
Jonathan Mouchel : Aix sans hésitation. C’était des années magnifiques. On a vécu des moments inoubliables, que ce soit sur le vélo ou en dehors. D’ailleurs même si je suis rentré sur Bordeaux, je continue de voir régulièrement mes anciens coéquipiers. L’AVC Aix, c’était une famille. Aujourd’hui Rosto (Thomas Rostollan), Benji (Benjamin Giraud), Barluche (Florent Barle), Alex (Alexandre Blain) et Colin (Menc Molina) sont devenus des amis. J’étais tellement heureux à Aix que je ne voyais pas que j’étais en train de m’enterrer sportivement.

« A AIX, NOUS ETIONS UNE FAMILLE »

Tu dis ça par rapport à la piste ?
Oui quand je suis venu à Aix, je pensais que j’avais le talent pour passer pro sur route mais ce n’était pas le cas (rires). J’aurais dû me focaliser sur la piste mais l’ambiance était tellement bonne que je ne pensais pas à partir. La piste c’était vraiment ma passion, la discipline que je comprenais. J’aurais aimé une carrière comme celle de Jérôme Neuville, c’était un exemple pour moi.

Et finalement, c’est sur piste que tout s’arrête avec cette chute en finale des Championnats de France de l’Américaine ?
Oui, je me suis cassé la clavicule. Du coup j'ai laissé passer la chance d’être appelé en Equipe de France. J’ai rappelé mon patron chez qui j’avais fait mon stage en Master. Il m’a proposé de m’embaucher tout de suite, j’ai accepté. Tout s’est arrêté net. Aujourd’hui je me dis que c’est la meilleure chose qu’il me soit arrivée. J’étais au bout mais je ne me rendais pas compte parce que j’étais passionné. Je ne supportais plus d’aller m’entraîner, je devenais de plus en plus nul. En fait j’aime le vélo mais je n’aime pas en faire (rires).

« COMME UN GOSSE DEVANT LE TITRE DE WIGGINS »

Tu suis toujours l’actualité du vélo ?
Ah oui ! Je n’ai raté aucune épreuve des derniers Championnats du Monde sur piste. Devant la victoire de Wiggins sur l’Américaine, j’étais comme un gosse. Wiggins, ça a été une inspiration pour moi. Je suis aussi les Français. Ce qu’a fait Benjamin Thomas a été magnifique ! Morgan Kneisky et Thomas Boudat sont aussi au top. Je suis aussi passionné par la route. Devant Milan-San Remo, j’étais comme un fou !

Quelles sont les images que tu gardes de ta carrière ?
J’en ai des tonnes en mémoire. Les trajets dans le bus à Aix, c’étaient des aventures ! Et puis il y avait des Hollandais, des Finlandais, même un Canadien qui était venu. Tout ça ce sont des histoires de vie. Je le répète mais nous étions amis. J’ai un souvenir particulièrement fort sur le Tour du Loir-et-Cher où l’on défendait le maillot d’Alexandre Blain. Ce sont des victoires par procuration mais je me suis régalé. Encore aujourd’hui, à chaque fois que l’on se revoit on se raconte nos histoires. Nos femmes les connaissent par cœur ! Sportivement, faire partie de l’Equipe de France et participer à des Coupes du Monde ou des Championnats du Monde, ça reste une grande fierté.

On pensait que tu allais parler de tes titres nationaux ?
Ouf c’est vieux tout ça (rires). Ça a été presque trop facile pour que j’en sois vraiment fier. Nous étions un gros comité avec du très bon matériel. Ma petite fierté ça reste mes quatre titres en Juniors car personne ne l'a refait depuis. A cette époque je rêvais de devenir un coureur pro sur route qui mènerait une carrière sur piste. Les Jeux Olympiques étaient le rêve ultime. Par contre ce qui m’aurait vraiment rendu fier, c’est de gagner un titre avec le comité de Provence, là ce n’était pas les mêmes moyens !

« CES DERNIERES SAISONS, L'OM EST DEVENU UN SUJET TABOU »

Ce passé de sportif de haut-niveau, quelle trace a-t-il laissé en toi ?
Franchement ce qui compte c’est d’être épanoui dans ta vie. J’ai la chance de faire un métier qui me plaît, j’ai une femme que j’adore. Je ne suis pas certain que ce soit mon passé de sportif qui m’ait aidé à m’épanouir sur ces points-là. Au contraire je n’étais pas le plus sérieux à l’entraînement alors que je ne compte pas les heures au boulot. Il faut surtout s’écouter je pense, faire ce que l'on aime. Par contre je n’ai jamais arrêté le sport. Et là, tu retrouves l’esprit de compétition. Je suis dans une équipe de foot, au bout de six mois ils m’ont filé le brassard de capitaine. Le côté sportif de haut-niveau revient sur le terrain.

Au niveau football justement, comment ça se passait à l’AVC Aix ?
Alors là, vaste sujet. Moi je suis un supporter historique du Paris Saint-Germain. Pas un footix hein, j’ai des témoins s’il faut. Je me souviens de la veille d’un Paris-Mantes où il y avait PSG-Sochaux. C’était le match du maintien… J’avais soûlé Benji (Giraud) qui était avec moi dans la chambre. Je pense même que j’avais perdu la course devant le match ! A cette époque, je souffrais beaucoup avec Rosto, Benj, Nico (Nicolas Fritsch) qui étaient les Marseillais de l’équipe. Maintenant c’est devenu un sujet tabou. Ce n’est même plus marrant, je ne leur en parle plus. Je n’ai pas envie de tirer sur l’ambulance (rires). Une petite défaite de temps en temps ça laisserait un peu de suspense !


Lire la suite : https://www.directvelo.com/actualite/49799/on-a-retrouve-jonathan-mouchel

 

=► LES COURSES EN PELOTON PEUVENT REPRENDRE EN France

325

CRÉDIT PHOTO FREDDY GUÉRIN - DIRECTVELO



Le 26 juin 2020, DIRECT VELO

La Fédération Française de Cyclisme annonce ce vendredi que les cyclistes peuvent désormais retrouver une pratique normale de leur activité.

Elle se base sur un décret du 21 juin où deux règles ont été levées : celle des regroupements de 10 pratiquants au maximum et celle de la distanciation physique de 2 mètres entre pratiquants.

Ces changements concernent "la compétition et l'entraînement, sur la voie publique ou sur un site public ou privé, établissement couvert ou de plein air". Ce qui signifie que les compétitions, sous toutes les formes, peuvent reprendre.

L'instance rappelle tout de même que l'activité cycliste doit toujours se faire dans le respect des mesures barrières et des protocoles sanitaires qu'elle a mis en place.

Toutefois, pour avoir lieu, les courses doivent recevoir l'accord des autorités compétentes - commune et préfecture -, comme en temps normal.

 

=► LA FEDERATION FRANCIASE DE CYCLISME AUTORISE

AVEC EFFET IMMEDIAT, LA REPRISE DES COMPETITIONS

DU CALENDRIER AMATEUR,

TOUTES DISCIPLINES ET CATEGORIES CONFONDUES

À la lecture de l’instruction du 8 juin 2020 du Ministère des Sports, prise à la suite de la publication du décret n°2020-663 du 31 mai prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, il est clairement explicité que la pratique compétitive n’est pas interdite, à l’exception des sports collectifs et des sports de combat.

Il est également précisé que cette pratique compétitive ne peut se tenir qu’uniquement dans le respect des règles sanitaires en vigueur, prévues par ce même décret du 31 mai 2020.

Au regard de ce qui précède, le Bureau Exécutif de la FFC a décidé, au jeudi 18 juin 2020, avec effet immédiat, d’autoriser, à nouveau, l’organisation de compétitions cyclistes « amateur », toutes disciplines et toutes catégories confondues.

313

Cette autorisation est, bien entendu, subordonnée à l’application des conditions cumulatives suivantes :

  • Respect, par les organisateurs, des règlements sportifs édictés par la FFC et ses organes déconcentrés ainsi que des règles d’inscription, et de tarification en découlant, des épreuves aux calendriers régionaux ;

  • Respect, pour les épreuves se déroulant sur la voie publique, des règles techniques et de sécurité émises par la FFC, ainsi que de la procédure de déclaration administrative auprès de la préfecture ou de la (des) commune(s) concernée(s) ;

  • Respect des règles sanitaires en vigueur au jour de la compétition, qu’il s’agisse des règles relatives à la distanciation interpersonnelle ou aux rassemblements.

S’agissant de ce dernier point, le Bureau Exécutif de la FFC souligne le caractère évolutif de ces dispositions et rappelle, qu’à date et jusqu’à l’intervention de nouvelles évolutions, la pratique sportive ne peut donner lieu à des regroupements de plus de 10 personnes, avec le respect, au sein de ce même groupe, d’une distanciation interpersonnelle de 2 mètres.

À cette notion de rassemblement limité à 10 personnes, il convient de préciser qu’il s’agit là d’une mesure de flux de personnes présentes simultanément à un endroit donné sur le même site (voie publique, lieux de pratique publics ou privés), ce qui n’interdit en aucun cas de recevoir un nombre total de personnes supérieur, si tant est que les règles de distanciation interpersonnelle soient respectées et que chaque groupe ne comporte pas plus de 10 personnes.

314

Enfin, en ce qui concerne les règles sanitaires relatives à l’organisation et à l’encadrement des compétitions, un guide de préconisations relatif aux différentes disciplines sera prochainement mis à disposition des organisateurs par les services de la Fédération.

Pour tout complément d’information – Contact FFC : assistancecovid@ffc.fr

Crédit photos : Patrick Pichon – FFC

 

=► STEPHANE DIEUMUNSCH EN FORME EN 1996

308

=► Marmande. Loïc Herbreteau : triple vainqueur de l'épreuve la Tomate (2014)

307

  • Herbreteau réussit le triplé. Photos DDM, H. C.

    

CyclismeLot-et-GaronneMarmande

Publié le 12/08/2014 par le journal La Dépêche.

Depuis 1988 et la victoire d'Armand de La Cuevas, aucun autre coureur du CC marmandais ne s'était imposé sur le boulevard de Marié, lieu d'arrivée (et accessoirement de départ) du Grand Prix de la Tomate.

C'est chose faite avec le succès de Loïc Herbreteau qui, à 38 ans, réalise le triplé après ses victoires en 2003 sous les couleurs du Cycle poitevin et, en 2009, sous les couleurs du Lescar VC.

Le coureur du CC Marmande a eu la présence d'esprit d'emboîter le pas à Guillaume Faucon qui plaça un démarrage à 30 km de l'arrivée pour s'extirper d'un groupe de contre-attaque composé de Gesbert, Ménard, Fusco et Mesnil. Finalement, au passage sur la ligne à l'entame du dernier tour, Herbreteau et Mesnil possédaient un mince avantage puis, dans la dernière ascension de la côte de Beaupuy, Mesnil n'est pas parvenu à tenir la roue du Marmandais qui allait s'imposer en solitaire.

Cette 63e édition du Grand Prix de la Tomate souvenir Marino Vérardo, était la finale de la Coupe de France DN3, ainsi, 159 coureurs ont pris le départ pour dix tours d'un circuit sélectif de 14,5 km. Il ne fallut pas attendre longtemps pour assister au véritable envol de la course : Gouret (Côte de Lumière), Chardon (Massy), Ménard (Haute-Savoie), Loreau et Zielinski (Pays de Loire), Marié (Guidon saint-martinois) et Mary (Ennes) en sont les initiateurs. Avant la mi-course, ils reçoivent le renfort de Brisse (Périgueux), Urruty (Creuse Oxygène), Guichard (EC Felletin), Gaudillat (Corbeil), Chardon (Nancy), Patanchon (Guidon saint-martinois) et Mabire (UC Briquenec). Derrière, le peloton était contrôlé par les formations qui jouaient le classement général. Pourtant, le regroupement aussi général survient quelques kilomètres plus loin. L'accalmie est de courte durée : Brossais (Haute-Savoie), Gouret (Côte de Lumière) et Faucon (Bricquenec) s'enfuient mais ne pourront résister au retour de la contre-attaque où Herbreteau se montre le plus percutant et curieusement très motivé et en attaquant dans la dernière montée de Beaupuy, il s'est imposé en solitaire.

 

 

=► L’EFFECTIF DU CLUB CYCLISTE MARMANDE EN 2010

Il comprend 18 coureurs : 10 de 1ère catégorie et 8 de 2ème catégorie.
1ère catégorie
Vivien Brisse, 21 ans
Anthony Langella, 35 ans
Maxime Martin, 23 ans
Jean Mespoulède, 29 ans
Sylvain Pandelé, 21 ans
Laurent Salère, 36 ans
Julien Scrima, 19 ans (VC Livradais)
Florent Sentucq, 32 ans (UC Artix)
Yoann Simonneau, 19 ans (UC Le Haillan Saint-Médard)
Un 10è coureur de 1ère catégorie rejoindra l'équipe au printemps.
 
2ème catégorie
Thierry Bordez, 18 ans (Guidon Biassais)
Fabien Castegnaro, 27 ans
Stéphane Fédrigo, 35 ans
Kévin Gauclin, 21 ans (Pôle France de roller, champion d'Europe du 500m et recordman du monde)
Damien Guerineau, 25 ans
Kévin Labèque, 18 ans (CAM Bordeaux)
Florian Legrandois, 18 ans (CAM Bordeaux)
Jérôme Paniandy, 19 ans (GSC Blagnac)

Les départs :

Alexandre Brard (Girondins de Bordeaux), Sébastien Causse (Girondins de Bordeaux), Tomasz Kaszuba (Arrêt), Yohan Poirier (?), Ludovic Lepied (US Montauban 82) et Sébastien Turtaut (Saint-Felix).

Lire la suite : https://www.directvelo.com/actualite/4699/l-effectif-2010-du-cc-marmande

=► BAPTISTE LACROIX MET LES BOUCHEES DOUBLES EN VUE DE DA REPRISE SUR ROUTE

Actuellement, Baptiste fait du foncier tout en reprenant gentiment le travail spécifique.

301 Il essaie surtout de prendre un maximum de plaisir sur son vélo, de découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles routes et de s’amuser.

302 Apparemment il a bien vécu le confinement et le retour sur la route est en quelque sorte une forme de délivrance. Il reste très motivé et concentré pour la fin de saison. Il a vraiment envie de profiter un maximum de cette dernière année dans la catégorie juniors, même si elle est tronquée de fait, en intégrant le collectif national pour participer aux plus belles courses du calendrier et pouvoir se mesurer avec les meilleurs. Son objectif essentiel : prendre un maximum d’expérience pour les années à venir, sur ce point on peut largement lui faire confiance.

 

303

Il est intéressé pour disputer le Grand Prix des Nations CLM

Une préparation s’impose.

304 On lui souhaite de glaner de nouveaux maillots et si possible

un à trois couleurs en fin d’année au championnat de France Piste

 

 

 

 

=► ANTHONY DELAFORGE PREPARE LES COURSES CLM

Juste après le dé confinement et après une préparation sur zwift, il était temps de reprendre le vélo sérieusement sur route et sentir de nouveau l’asphalte.

295 Comme prévu initialement sa deuxième partie de saison va être axée sur les courses contre la montre. Il espère qu’au vu des circonstances actuelles, des organisateurs proposeront ce type d’épreuve afin de respecter les contraintes sanitaires dans un premier temps. Décidément il a une belle position sur son Works et il ne semble rien laisser au hasard. Bonne chance champion.

 

296

Le regard en dit long sur sa volonté de reprise

 

297 Sur les bords de Garonne à Bordeaux

 

298 Bien posé, mais attention de ne pas trop en faire, il faut garder du jus Anthony

 

 

 

 

=► VOIE VERTE MARMANDE / CASTELJALOUX

  • 15 juin 2020

  • Publié par Christelle de Chastignac

  • Catégorie : Sud-Ouest - Nouvelle-Aquitaine299

    Longue de 23 km, la future voie verte (itinéraire cyclable sécurisé) reliant Marmande à Casteljaloux sera aménagée sur une ancienne voie ferrée, rachetée à la SNCF en décembre 2018 par Val de Garonne Agglomération. La partie val de garonnaise traverse les communes de ....

    .... Marmande, Gaujac, Montpouillan et Samazan (11,2 km).

    L’objectif est d’en faire un vecteur de développement touristique. Les résultats d’une étude livrée en mars 2020, analysant les futurs usages économiques et touristiques possibles pour cette voie verte, seront étudiés par les élus. Retardés en raison de la période de confinement liée à la crise sanitaire du COVID 19, les travaux d’aménagement de la future voie verte n'ont débuté que le 4 mai dernier.

    Démantèlement des rails et traverses

    Les travaux engagés le 4 mai dernier concernent le démantèlement des rails et des traverses, confié à la société SNBF (Société de Négoce Bois et Fer, tout comme sur la partie de la voie verte gérée par la Communauté de communes Coteaux et Landes de Gascogne). L’intervention a débuté au niveau de la commune de Samazan et devrait s’achever sur Marmande fin juillet. En parallèle, les entreprises d'insertion ASE et Envi+ interviennent sur le débroussaillage de la voie.

    294

    Une rampe d’accès à Gaujac

    Courant juin, l’Agglomération procédera à la construction d’une rampe d'accès à Gaujac afin de parvenir à la future voie verte située en surplomb. Durant le chantier, cet aménagement permettra l’accès des engins de travaux. Ultérieurement, il servira d’accès à la voie verte pour les piétons, les cyclistes ; ainsi que les secours.

    Les ouvrages d’art

    Le marché de maitrise d’oeuvre doit être lancé avant la fin de l’été, pour la remise en état de 3 types d’ouvrages d'art : les 3 grands ponts métalliques de 33 mètres, les ouvrages métalliques de 4 à 10 mètres et les ponts maçonnés. Un chantier qui devrait s’étaler sur plus de 2 ans.

     

     

     

=► APRES ISSOUDUN, DES CONFRONTATIONS A VENIR EN CENTRE VAL DE LOIRE (CLM)

Article de DirectVélo

293

CRÉDIT PHOTO NOÉMIE MORIZET

Le 21 juin 2020,

Kévin Vauquelin (VC Rouen 76) s'est offert ce samedi la 1ère confrontation contre-la-montre d'Issoudun (Indre), épreuve non-officielle mise en place en attendant la reprise des compétitions.

L'AC Bas-Berry Issoudun organisera une seconde confrontation le 4 juillet prochain, entre Pruniers et Issoudun, sur une distance de 16 kilomètres.

Une autre simulation chrono est prévue en Centre-Val de Loire. Organisée par le CRAC Touraine, elle aura lieu ce samedi 27 juin entre Athée-sur-Cher et Azay-sur-Cher (Indre-et-Loire). 16,5 kilomètres sont au programme pour les Séniors et Juniors.

=► DES RESULTATS DE 1996

291