wendel notre partenaire                       

Logo sportful

Leclerc cycles

Tous nos

autres sponsors

ICI

Crescendo 1

Foulou 3

 

Credit mutuel 3

Causse 3

Ce site a pour objectif de vous présenter l'association Club Cycliste Marmande

Vous y découvrirez la présentation et l'actualité de notre association. Vous pourrez obtenir plus d'informations sur nous et nous contacter.

L'association CCMarmande est basée en Lot & Garonne (47) France (métropolitaine). Vous pouvez parcourir le site Club-Cycliste-Marmandais à l'aide des liens de navigations dans le menu.

Nous vous souhaitons une bonne visite sur Club-Cycliste-Marmandais et nous espérons que vous trouverez les informations que vous cherchiez.

Notre association accepte les coupons SPORT    Logo coupon sport jpeg        Coupon sport

Logo marmande 1

=► www.extranet-marmande.fr

=► www.valdegaronne.com

 

Déclaration des frais engagés c'est ==►IciIci

Autres sites à visiter

=► Sud Gironde Cyclisme   =► Cyclisme47

=► Cyclisme'Actu                 =► Direct Velo

=► Velo 101                           =► Blog Alan G

 

COMPTEUR DES VICTOIRES

SAISON 2017/2018  - Du 01/11/2017 au 31/10/2018

                                               
                                                      1 79

NOUVEAU SPONSOR - AVIVA (Agence MARMANDE)

1 80

Championnat d'Hiver de la vitesse et du Keirin - 11 février 2018

Alan Guillot, seul coureur à représenter le CCM47, prend la deuxième place de la vitesse et du Keiren.

27657362 1727410653976078 8318761419800420513 n

Dsc06902 1024x768 gf

Podium de la vitesse

 

Dsc06906 1024x768 gf

Podium du Keirin

Résultats 4ème samedi cycliste à DAMAZAN –10 février 2018

Résultats 4ème samedi cycliste à DAMAZAN –10 février 2018

1 78

Résultat par équipe : CCM47 : 1er avec 161 points

NUTRITION EQUILIBREE DU SPORTIF COUP DE GUEULE SUR LA MALBOUFFE

Par le Docteur Jean-Jacques MENUET

Manger de TOUT, en quantités équilibrées, c’est le meilleur moyen pour que l’organisme dispose de tout pour la performance mais AUSSI et SURTOUT pour la santé qui doit rester l’objectif prioritaire. Sans céder aux modes, aux régimes, aux lobbyings entretenus par certains médias et gourous …

Les grands principes si vous ne rencontrez pas de problèmes particuliers (surpoids, pathologie, hypercholestérolémie, diabète, etc. : dans ce cas-là consultez un professionnel de la santé qui connaît la nutrition chez le sportif) :

Un exemple d’alimentation saine, simple à suivre et qui respecte la santé : le régime méditerranéen, encore dénommé le régime crétois : si vous voulez vivre plus longtemps en mangeant mieux vous pouvez suivre les conseils !!!  (cliquez sur le lien « régime méditerranéen »)

  • Ne sautez pas de repas ; déjeunez bien le matin par exemple un fruit de saison, des céréales complètes ou du pain complet grillé + un peu de beurre et de confiture si possible « maison » ou 60% fruits-40% sucre); ou du miel bio (pas du miel industriel qui contient surtout du sucre !!); un laitage (un yaourt nature ou un peu de fromage blanc ou un peu de fromage) N’écoutez pas aveuglément le discours stéréotypé des gourous de la bouffe qui « interdisent » le lait de vache à cause de l’intolérance au lactose: d’abord il existe du lait sans lactose, ensuite quand vous mangez un yaourt nature il est très pauvre en lactose. Buvez une boisson chaude : un peu de café ou de thé peu infusé, si possible sans sucre. Le lait le matin ce n’est pas très digeste surtout si une activité physique est prévue dans la matinée, c’est pour cela que je conseille plutôt un yaourt nature. Arrêtez les jus de fruits: ce n’est QUE du sucre …. Il est préférable de manger un kiwi ou 2 clémentines.
  • Aux repas du midi et du soir associer toujours féculents (pâtes blanches ou aux légumes cuites « al dente », pâtes complètes; riz blanc basmati ou « sélection de 3 riz Taureau Ailé » ou riz complet ; pommes de terre cuites à la vapeur avec la peau ; polenta; semoule de blé complet ; 3 fois par semaine consommer également, en salade ou en plat chaud un légume sec comme le pois chiche, haricots rouges, lentilles vertes du Puy, pois cassé ; car ces légumineuses constituent d’excellents sucres à « index glycémique bas » mais aussi ils apportent des acides aminés de qualité ainsi que des micronutriments. Donc ne pas manger des pâtes tous les jours !! ) ET légumes verts cuits (privilégier la cuisson vapeur qui préserve les vitamines et les minéraux; haricots verts, fenouil, épinard, courgettes, aubergines, brocoli, endives cuites, bette, bok choy, oignons cuits, céleri-branche, poireau, etc.)
  • Viande blanche deux fois par semaine 60 à 80g, viande rouge ou foie ou boudin noir deux fois par semaine 60 à 80g ; on mange TROP de viande ; pas besoin de manger deux fois par jour de la viande ou du poisson.
  • Produits de la mer trois fois par semaine, dont une fois ou deux un poisson gras (riche en oméga; en papillote pour que ces « bonnes » graisses soient intactes)
  • Œufs 2 à 4 par semaine
  • Inventez des sauces sympas et pas grasses : avec des champignons, des olives, du persil, de la ciboulette, de l’ail, des oignons, etc. etc.
  • Huiles : associer huile de noix et huile de noix ou colza
  • Le beurre n’est pas interdit : 10g trois fois par jour, en évitant le beurre cuit.
  • Il faut saler, mais pas trop.
  • Mangez des crudités mais plutôt le midi que le soir (car peu digestes)
  • Mangez plutôt du pain complet ou aux céréales, qui apporte plus de nutriments que le pain blanc.
  • Le jus d’un citron dans un peu d’eau le matin à jeun, ça stimule la vésicule biliaire (dire que ça nettoie le foie c’est le discours ésotérique des ostéos-gourous) et du coup ça facilite la digestion des graisses pendant la journée; arrêtez de dire ou de vous laisser dire que vous avez le foie malade ou qui « toxine » !! ça c’est un discours ésotérique: c’est parce que vous mangez trop gras que votre vésicule est paresseuse et que votre digestion est lente.
  • Evitez les jus de fruits, ce n’est que du sucre ! mangez plutôt des fruits de saison, cueillis à maturité; mieux vaut manger une bonne pomme « bio » plutôt que 2 pommes bien cirées qui ont été ramassées alors qu’elles n’étaient pas mûres et qui ont séjourné plusieurs jours en chambre froide;
  • Pas de « cures de fruits », périodes de jeûnes, régimes en fonction du groupe sanguin, régime paléo (cueillette des racines en forêt, vêtu d’un string léopard …) etc. : non aux délires entretenus pas des pseudo-nutritionnistes malheureusement relayés par quelques médias qui pensent plus à construire du succès commercial (livres de pseudo nutrition, vente de compléments alimentaires) sur le dos des sportifs trop crédules à la recherche du « petit plus » Tous les 2-3 ans une nouvelle « mode » arrive ; prenez du recul !! Méfiez-vous des pseudo-professionnels du sport « multicartes » : nutrition, coaching, préparation physique, préparation mentale !!!
  • Attention aussi à l’industrie agroalimentaire qui pense plus à gaver ses actionnaires qu’à bien nourrir les gens … Achetez en circuit court, auprès des agriculteurs de votre région ; consommez des produits de saison ; mangez simple.
  • Les laitages seraient à éviter ? NON et encore NON ; c’est le discours stéréotypé de nombreux « ostéos » : ça « encrasserait le foie » !! vaste fumisterie intellectuelle. Astuce pour reconnaître un ostéo bidon : il va tout mettre sur le dos de votre foie : « votre foie est engorgé, arrêtez les laitages et le café » Sauf situations particulières (intolérance au lactose) il faut manger un peu de fromage, 1 ou 2 yaourts natures (pas des crèmes dessert qui associent graisses et sucres) ; seul le lait de vache  est difficile à digérer, et donc le jour d’un entraînement ou d’une compétition il est à éviter. Priver un enfant ou un ado ou un jeune adulte de produits laitiers c’est une hérésie : les produits laitiers contiennent du calcium, indispensable à la santé du squelette osseux.
  • Les produits au soja : oui ils sont intéressants (à condition qu’ils soient complémentés en calcium), en tant que compléments des produits laitiers ; 1 ou 2 apports de soja par jour c’est bien pour compléter les apports protéinés du sportif qui mange trop de protéines animales … par exemple les boissons au soja (on ne doit pas employer le terme « lait » pour tout ce qui ne sort pas du pis de la cache !) contiennent tous les acides aminés essentiels et 4% de protéines ; alors que le « lait » d’amandes, de riz ou autres « laits » ne contiennent pas grand-chose … Il faut toutefois privilégier les produits au soja qui respectent l’environnement (non OGM ; transport, etc.)
  • Particularité à connaître pour le sportif : mieux vaut BIEN collationner pendant les 90 minutes qui suivent la fin d’une grosse séance d’entraînement, que d’attendre le repas qui suit pour trop manger : tout ce que vous consommez pendant les 90 minutes qui suivent la fin de l’effort va reconstituer ce qui a été perdu pendant l’effort, sans être stocké en graisses. C’est ce que je dénomme « l’opération portes ouvertes » pendant les 90 minutes après l’effort.
  • On mange TROP de protéines animales (viande, poisson, œufs, laitages) et PAS ASSEZ de protéines végétales (soja, légumineuses comme les lentilles les pois chiche les haricots rouges les pois cassés)
  • Consommez un potage le soir ; l’hiver ça doit être obligatoire !!! par exemple 1/3 potiron 1/3 châtaignes 1/3 pois cassés ; et des potages « maison » avec des légumes verts ; n’achetez pas de soupes en sachets ou en briques !!! Elles sont trop souvent bourrées d’exhausteurs de goût, conservateurs etc. Un sachet de potage aux champignons ne contient souvent que 2-3% de champignons !!!
  • Ne suivez pas de « régimes » ; le mot « régime » ça veut dire punition, frustration, et un jour le cerveau va « disjoncter » car notre équilibre psychologique repose sur notre équilibre alimentaire … Sauf situations particulières : pathologies, surpoids, intolérances démontrées ; attention aux bilans biologiques honteusement bidons à la recherche de « pseudo » intolérances alimentaires : ces bilans ne sont pas remboursés par la sécurité sociale (parce qu’il est démontré qu’ils ne servent à rien), leur coût est très élevé (et le prescripteur en touche souvent une partie …), et surtout ils aboutissent à la découverte d’un nombre d’allergies tel que le sportif va se retrouver avec une assiette vide, plein d’aliments « contre-indiqués » ; un vrai scandale sanitaire au prix de votre santé physique et psychologique …
  • Méfiez-vous de la « micro-nutrition » : occupez-vous du contenu de votre assiette (la macro nutrition) avant de consulter un « micro » nutritionniste formé en quelques semaines par des « instituts » (en général « européens » ou « franco-européens », ça jette …) : votre nutrition s’en trouvera souvent déséquilibrée et surtout il vous sera proposé plein de compléments (gélules, comprimés, sachets) qui vont vider votre porte-monnaie (le « professionnel », lui, va toucher une partie des ventes … 10 à 30% … Mais bon Il faut aussi qu’il rembourse le prix élevé de son « diplôme …)
  • N’achetez pas les sandwiches dans des sandwicheries où tout est fait pour vous vendre du gras ; mieux vaut un sandwich perso avec du pain complet tartiné avec du fromage frais, un peu de thon ou du jambon, et quelques feuilles de salade ; et ça vous coûtera moins cher ….
  • Evitez les sodas, un verre de soda contient 4-5 sucres qui va très vite se transformer en graisses qui se stockent sous la peau (sauf si la boisson sucrée est consommée pendant l’effort ou pendant l’heure qui suit)
  • Le « bio » : toujours beaucoup plus cher, savoir gérer son porte-monnaie et ne pas se faire avoir par des étiquettes « bio » ; penser plutôt à acheter des produits locaux, avec l’assurance qu’ils ne sont pas traités.
  • La souffrance animale : acheter des œufs pondus par des poules qui gambadent et qui ne sont pas stockées dans des cages avec le bec coupé ; idem pour les poulets ; pour la viande en général ; et je redis qu’on mange trop de viande …
  • Attention aux « compléments alimentaires » ; s’ils peuvent avoir un intérêt chez le sportif soumis à de grosses charges d’entraînements, ce sera toujours avec le conseil d’un professionnel de la santé. Attention aux achats sur certains sites internet car certains produits peuvent contenir, sans que ce soit précisé, quelques friandises qui sont des produits dopants (testostérone, anabolisants etc.) Sans compter les trop nombreux sites qui proposent ouvertement des produits dopants pour le sportif qui veut prendre du muscle ; un pur scandale ….
  • Ce que l’on mange est important, la façon dont on mange l’est encore plus : prendre le temps de manger, de mastiquer ; réapprendre à cuisiner, à rendre une assiette sympa (couleurs, odeurs, visuel, goût) Pour moi la nutrition d’un sportif c’est moitié dans l’assiette moitié dans la tête ; manger c’est aussi partager un repas, discuter, échanger ; pas d’accord avec la situation où l’ado va monter avec son plateau repas dans sa chambre et regarder sa télé en mangeant … tout seul…
  • En conclusion mangez donc de tout, ayez du bon sens, privilégiez les achats locaux, les circuits courts, les produits de saison ; méfiez-vous des sirènes des lobbyings des modes des médias et de la micro nutrition …. (mais il existe quand même de très bons spécialistes de la micro nutrition) Même s’il faut que tout le monde vive …
  • Retenez une chose : on mange trop de sucre, trop de graisses, pas assez de fruits et légumes, pas assez de légumineuses. Et … mangez simple, SANS OUBLIER de vous faire PLAISIR de temps en temps. Et si vous rencontrez un problème particulier consultez un professionnel de la santé.

PRESENTATION DES STAGIAIRES MINIMES ET CADETTES DE LA FRANCAISE DES JEUX NOUVELLE AQUITAINE FUTUROSCOPE

Samedi 10 Février 2018 avait lieu au Futuroscope la présentation de l’équipe féminine FDJ Nouvelle Aquitaine Futuroscope.

A cette occasion, Les espoirs et les stagiaires minimes et cadettes (sur la photo ci-après) ont eu droit à une présentation, avec la tenue FDJ qui leur avait été remise lors du stage de 2 jours du 20 et 21 janvier 2018 au creps de Poitiers.

 

Une belle occasion de côtoyer les meilleurs féminines et de rêver. Romane est repartie pleins d’étoiles dans les yeux, avec un rêve en tête : Faire partie de l’équipe UCI Women World Tour, FDJ Nouvelle Aquitaine Futuroscope !

1 329

Michel Callot Président de la FFC, présentation au Futuroscope

 

2 273

De gauche à droite : Clara Copponi, Orlane Bosche, Julie Dubosc, Maelys Legendre, Romane Biason  du Club Cycliste Marmande 47 et Noémie Bonnin. 

SPECTACLE de PASCAL LABADIE (ancien coureur cycliste) Dans « MESSIEURS LES COUREURS »

1 328

Spectacle au théâtre de la Gare à Lamothe Landerron

Savez-vous ce que c’est de s’échapper ?

Vous voulez voir ?

Allez, mettez-vous dans ma roue… »
Je vous emmène…

2 23
Cette pièce de théâtre humoristique …mais pas tant que ça, comblera les afficionados du vélo. Ecrite et jouée par un ex coureur cycliste, ça sent le vrai, le vécu !!!
Un spectacle qui a déjà fait ses preuves et qui vous réjouira tous, cyclistes ou non cyclistes !

Durée du spectacle : 1H20

 

Réservation par mail à infos@sanscriergare.com

ou par téléphone : 06.85.32.45.55, à très vite, au chaud à la gare

3 213

DEMONSTRATION VTT TRIAL SAMEDI 10 FEVRIER A PARTIR DE 14H00

1 77

Présence de NICOLAS VALLE, champion du Monde

2 272

 

2 22

 

Lieu de la démonstration :

 Rue auguste Renoir à Marmande.
Il faut passer devant les transports Ballandras, aller au parking au fond de la rue et franchir le portail vert à l'entrée des bâtiments CESA.

Le VTT Trial se situe  dans le hangar du fond.

3 14

VENEZ NOMBREUX

LA SECTION VTT TRIAL DU CCM47 VOUS ATTEND

LA ROUTE DE L’ETOILE CYCLOSPORTIVE DE BESSEGES 04 FEVRIER 2018

1 75

En parallèle de l’Etoile de Bessèges réservée aux pros, le Vélo Sprint du Grand Alès en partenariat avec l’Union Cycliste Bességeoise ont  organisé« La Route de l’étoile », cyclo vallonnée de 85 km qui ouvrira la saison

 

2 271

Xavier Brisseaud, le nouveau coureur du Club Cycliste Marmande 47 remporte la 1ère cyclosportive de l’année dans sa catégorie. Il termine 17ème au scratch.

De très bon augure pour la suite de la saison

CIRCUIT DE L’ESSOR BASQUE DIMANCHE 04 FEVRIER 2018

Course de 115kms autour de Cambo les Bains

Ouverture de la saison et première course pour les coureurs du CCM47

1 327

Triplé pour l’équipe Vendée U

Vainqueur : Mathieu Burgaudeau Vendée U

2ème Marlon Gaillard Vendée U

3ème Valentin Ferrand Vendée U

40ème Lucas San Roman Club Cycliste Marmande 47

72ème Lilian Sanvicente Club Cycliste Marmande 47

NATIONAL DE CYCLOCROSS UFOLEP A BALAGNAS DIMANCHE 04 FEVRIER 2018

Organisateur : Club de l’UC LAVADAN

1 326

2 270

Echauffement sous la tente avec le maillot de la sélection,

Romane, Paul et Enzo

 

3 212

Romane prend un très bon départ, et reste en tête pendant deux tour et demi sur trois, elle est gênée par une chute (garçons), la deuxième féminine revient sur elle, et plus fraiche, elle a surement mieux géré sa course, passe la ligne en 1er. Romane Biason du Club Cycliste de Marmande 47  termine deuxième de ce championnat.

4 160

Le Podium des minimes féminines avec Romane qui termine 2ème

Paul Picard termine 20ème et Enzo Dumas 29ème

François Dumas termine 37ème

 

Résultats 3ème samedi cycliste à DAMAZAN –03 février 2018

 

1 73

Des nouvelles rassurantes de Lénaïc Langella qui a chuté sur la ligne d'arrivée : Des contusions, des brûlures mais rien de grave !!!

 

Résultat par équipe : CCM47 : 1er avec 123 points

CHAMPIONNAT NATIONALDE CYCLOCROSS BALAGNAS 03 ET 04 FEVRIER 2018

Le Championnat National UFOLEP cyclocross 2018 sera organisé dans le beau département des Hautes-Pyrénées, à LAU BALAGNAS,  au pied des Pyrénées, à proximité du Gave de Pau, de Lourdes, d'Argelès-Gazost et des cols mythiques des Pyrénées les 03 et 04/02/2018.

 

Tracé dans un parc près du Gave de Pau ou du Lavedan, le circuit proposé sera relativement roulant avec des parties techniques qui nécessiteront un bon repérage du circuit. La particularité de ce circuit est que, quel que soit le temps, la terre ne colle pas, ce qui ne nuira pas aux performances tout en préservant le matériel.

L'inconnu sera le temps, car en cette période de l'année, il n'est pas anormal de voir un peu de neige dans ce secteur situé qu'à 18 km de la station de ski du col de HAUTACAM, d'ailleurs pourquoi ne pas ne pas amener le vélo et les skis !

Mais rassurez-vous, ils ont l'habitude et « l'équipement » est parfaitement rodé à cette situation pour que vous puissiez arriver à bon port ! D'ailleurs s'il neige il ne fera pas froid !

 

 

1 72

Bravo au club organisateur l’UC LAVEDAN

Il y aura 433 participants

Romane Biason avec son dossard N°55

2 269

Au départ on devrait avoir également Enzo Dumas avec le dossard 38

Et Paul Picard avec le dossard 11 (à vérifier)

Combien de calories pendant une course, comment gérer l’alimentation avant pendant et après la course

 

15 janvier 2018 par le Docteur Jean Jacques Menuet Médecin du Sport

Réflexion sur la dépense énergétique du cycliste et les adaptations nutritionnelles

La dépense énergétique d’une course se situe entre 3000 et 5000 K.calories ; en fonction de la durée et de l’intensité de l’effort

Les carburants sollicités pour fournir l’énergie nécessaire : les glucides (40 à 55%), les lipides (40 à 60%), les protides (3 à 10%) ; cette répartition varie en fonction de la durée de l’effort, de l’intensité, de la puissance développée, du profil +/- vallonné de la course ; un contre la montre (effort court et intense) « tape » plus dans les glucides ; une étape de transition où ça ne roule pas tape beaucoup plus dans les lipides ; une étape de montagne tape un peu plus dans les protides. Pendant la course il est IMPOSSIBLE de quantifier précisément la répartition et les quantités consommées de ces 3 « carburants » (glucides, lipides, protides) ; il existe des profils « glucidiques » et des profils lipidiques (« diesel ») ; seul un test d’effort sur ergocyclomètre pendant lequel on procède à l’analyse des gaz expirés permet d’évaluer la dépense énergétique en glucides et en lipides (on peut alors tracer une courbe des substrats énergétiques utilisés)

Les glucides :

-Pendant l’effort le glucose est brûlé au niveau du muscle pour fournir de l’énergie nécessaire à la contraction des fibres musculaires ; quelles sont les sources de glucose pendant l’effort ? :

  • Le glucose qu’on peut stocker avant l’effort grâce aux repas qui précèdent (nutrition de la veille à petit déjeuner à boisson d’attente) = ces glucides sont stockés sous forme de glycogène dans les muscles et dans le foie (déjà on peut noter qu’un sportif qui possède une grosse masse musculaire peut stocker plus de glycogène) ; pendant l’effort ce glycogène va libérer du glucose qui va être « brûlé » au niveau du muscle pour libérer l’énergie (ATP) nécessaire. Le glycogène musculaire s’épuise vite s’il n’est pas entretenu en apportant du sucre pendant l’effort, et ce dès le début de l’effort : « pour moins taper (en quantité et en vitesse) dans ses réserves de glucides il faut apporter des glucides pendant l’effort»
  • Du glucose qu’il faut apporter régulièrement pendant l’effort et ce dès le début de l’effort.
  • Dans un effort d’endurance prolongée, au fur et à mesure que le glycogène musculaire et hépatique est utilisé et s’épuise (avec donc risque d’hypoglycémie), le corps est heureusement capable de continuer à fabriquer un peu de glucose au niveau du foie, on appelle ça la « néoglucogénèse hépatique » ; ce glucose peut être « fabriqué » :
  • à partir des acides aminés (qui viennent du sang ; et qui sont libérés en « cassant » des fibres musculaires) appelés acides aminés glucoformateurs (surtout l’alanine) ;
  • également à partir de l’acide lactique; (cycle de Cori)
  • également à partir du glycérol (qui est libéré par nos réserves sous cutanées de graisses = le « tissu adipeux »; ces graisses qui constituent le tissu adipeux sont les triglycérides) ;
  • d’autres composants (pyruvate par exemple) le foie est capable de refaire du glucose ;

MAIS ces différentes voies de la « néoglucogénèse » ne peuvent se dérouler QUE SI pendant l’effort on continue à apporter du sucre par l’alimentation (boissons glucidiques, aliments sucrés)

En pratique, pour les apports glucidiques :

  • Au MAXIMUM la nutrition avant la course peut apporter 1000 à 1300 Kcalories de réserves en glycogène ; il faut apporter environ 10 à 12g de glucides par kg pendant les 24 heures qui précèdent (jusqu’à 3 jours selon la durée de l’effort) ; un sportif de 70 kg apportera donc 700 à 840g = 3000 Kcalories sous forme de glucides.
  • Pendant la course il faut apporter au maximum (l’ « usine » à brûler du glucose ne peut pas fonctionner plus vite … ») 1g de sucre par minute = 240 Kcal/h ; du fait de la tolérance digestive un apport optimal de 200 Kcal semble possible ; 160 étant vraiment le minimum en dessous duquel le risque d’hypoglycémie est probable.  Ce chiffre de 200 Kcalories étant dépassé si les produits absorbés contiennent par exemple un peu de protéines eu de graisses (même si l’apport de graisses doit vraiment être réduit) Chaque sportif se connaît, doit « écouter » ses sensations, pour arriver à bien maîtriser les apports glucidiques dont il a besoin.
  • Si la dépense énergétique pendant une course d’une durée de 5 heures est de 4500 Kcalories :
    • 1000 à 1300 Kcalories (selon le poids du sportif notamment selon sa masse musculaire) seront apportées par les réserves de glycogène
    • 2000 à 2500 (selon le niveau « aérobie » du coureur ; aussi selon l’intensité de la course) Kcalories seront apportées par les lipides.
    • DONC il reste à apporter environ 4500-1200-2300 = 1000 Kcalories, cqfd!! car ça correspond aux 200 Kcalories de glucides par heure de course que j’ai évoquées plus haut dans ce document.

 

Les lipides :

ils sont issus du tissu adipeux (= les triglycérides stockés sous la peau) Ces triglycérides sont dégradés en acides gras et en glycérol. Les acides gras sont ensuite transportés dans la circulation sanguine par l’albumine jusqu’aux cellules musculaires pour permettre la production d’énergie au niveau des mitochondries. Le glycérol pouvant pour sa part être utilisé pour fabriquer du glucose (« néoglucogénèse ») Les réserves corporelles en lipides sont inépuisables ; il n’est donc pas utile de consommer des rillettes et du beurre pendant l’effort (d’autant que la présence de graisses ralentit fortement la vidange de l’estomac)

 

Les protides:

Pour l’apport en protides le corps va « taper » dans ses propres réserves (acides aminés issus des muscles, et aussi acides aminés qui circulent dans le sang) ; les « BCAA » (acides aminés branchés) sont les principaux sollicités. D’où l’intérêt éventuel d’apporter des « BCAA » avant, pendant puis après l’effort ; cet apport ne se conçoit qu’après étude précise du dossier nutritionnel, du niveau du sportif, de la durée de la course ; des complémentations consommées à outrance, sans maîtrise, représentent une attitude que je n’encourage pas.

 

Ce qu’il faut bien comprendre : pendant l’effort le mélange de combustibles (glucose, acides gras, acides aminés) se modifie avec la durée de l’effort. Pour une même intensité plus l’effort se prolonge et plus le muscle dégrade les réserves à distance : le glycogène du foie et surtout les acides gras du tissu adipeux. Plus le sportif est entraîné avec un gros potentiel « foncier » (aérobie) plus il économise son glycogène et plus il est capable d’utiliser les acides gras. Donc pour disposer de suffisamment de carburant pendant un effort prolongé il faut :

  • 1/ Bien sûr s’alimenter avant (= faire des stocks de glycogène pour le foie et les muscles) et pendant l’effort (= apporter 200 Kcalories par heure, en moyenne)
  • 2/ Mais AUSSI être bien entraîné !!!

L’ « opération porte ouverte » :

pendant les 90 minutes qui suivent la fin d’un effort prolongé pendant lequel un sportif a bien « tapé dedans » il faut VITE restaurer les stocks de carburant : tout ce qui va être consommé pendant la collation ou le repas va « refaire les stocks » : glucides (boissons sucrées, aliments glucidiques), aliments protéinés ; sans oublier les minéraux. Et bien sûr la réhydratation. A cette réflexion s’ajoute celle de privilégier des aliments « alcalins ».

Ma réflexion personnelle :

Tous les chiffres que j’ai évoqués (consommation des différents carburants, dépense calorique, etc.) ne sont QUE des estimations ;  il n’est ABSOLUMENT pas possible de quantifier au gramme près et encore moins à la calorie près ce qui doit être consommé avant, pendant l’effort ; et après l’effort ; on ne dispose pas encore d’un « compteur » précis de calories dépensées, et surtout pas de moyens pour déterminer précisément la répartition (glucides, lipides, acides aminés) du carburant utilisé pendant l’effort. DONC je ne valide pas l’intérêt de mettre en place une stratégie qui consiste à proposer des menus avec des calculs précis de calories, en pesant les aliments ; sauf à « rassurer » le sportif et … son nutritionniste. Il est intéressant d’avoir des repères, des ordres d’idées (catégories d’aliments, quantités approximatives, environ 200 Kcalories pendant l’effort, puis comprendre l’intérêt de l’ « opération portes ouvertes » après l’effort) Mais vraiment sans plus. Mon expérience et surtout celle des nombreux sportifs que j’ai coachés et que je coache pour leur nutrition me fait affirmer que l’essentiel ce sont les sensations, l’ « instinct » ; devant un buffet à l’hôtel un sportif qui se connaît bien et qui a de bonnes bases sur la nutrition sait parfaitement construire son repas, sentir s’il a besoin de saler plus, s’il a besoin de pâtes plutôt que de riz, si son corps lui « demande » des légumes verts cuits, un potage ; s’il a besoin de prendre un dessert ; il écoute aussi sa sensation de faim, sa sensation de réplétion. Un navigateur que j’ai conseillé pour sa nutrition m’a expliqué que pendant son Tour du Monde, même si chaque jour il dispose d’un sac qui regroupe les aliments qui ont été préparés, il fait bien plus confiance à SES sensations : il termine ou non son sac, complète ou modifie éventuellement avec d’autres aliments à disposition. On peut fournir des idées de menus, avec des quantités approximatives (petite assiette, moyenne assiette, grande assiette), mais à mon sens SEUL le sportif connaît son corps et apprend à connaître et ressentir ce qui lui convient. L’enfermer dans des calculs de calories et peser les aliments c’est l’entretenir dans un carcan qui peut aboutir à une souffrance, une frustration, une perte d’autonomie de fonctionnement. Ne se fier qu’aux sensations n’a toutefois aucun sens si le sportif ne maîtrise pas des notions essentielles en nutrition, telles que l’apport calorique horaire pendant l’effort, la notion de « portes ouvertes », puis savoir comment constituer un repas varié, équilibré, pas acide, etc. Tout comme le calcul des watts et toute la technologie qui vient polluer l’écoute des sensations. Ces technologies, tout comme le savoir du nutritionniste, ce sont des outils complémentaires, qui ne doivent pas éloigner le sportif de sa quête principale, qui à mon sens est de se connaître, de fonctionner au « feeling ». Dans le milieu du sport où dans les équipes le staff est bien plus nombreux que le nbre de sportifs (préparateurs, entraîneurs, nutritionnistes, « préparateurs » mentaux, kinés, ostéos, médecins, bidulothérapeutes divers) le danger est réel que le sportif perde son autonomie … Vaste réflexion… Chaque intervenant est présent pour apporter une compétence, un outil complémentaire, oui ; mais sans excès ni recherche de « pouvoir » ni d’ « existence » … Nous sommes là pour guider le sportif, en restant à notre place.

CYCLOCROSS DE PUJOLS-UFOLEP 28 JANVIER 2018

1 325

Romane Biason franchit en vainqueur la ligne d’arrivée

En minimes :

1ère Romane Biason CCM47

2ème Enzo Dumas CCM47

En 3ème catégorie François Dumas se classe 12ème

2 268

BMX : indoor Avignon

Les résultats de l'indoor d'Avignon pour les marmandais :

Journée de samedi :

Maëlys Baguenard : 6ème en quart de finale supercross

Quentin Leymonis : 5ème en manche supercross

Gaëtan Mazière : 5ème en manche open

Journée de dimanche :

Maëlys Baguenard : podium, 2ème en catégorie minimes

Quentin Leymonis : 7ème en manche minimes

Gaëtan Mazière : 5eme en manche 25-29 ans

 

Avignon photo 2 maelys

 

 

Avignon photo 3 maelys 1

 

Avignon photo 4 maelys

TROPHÉE "Bébert LESBATS" - 26 janvier 2018 - Piste vélodrome Bordeaux

1 70

Trophee bebert lesbats 2018 207

Lucas San Roman

 

Trophee bebert lesbats 2018 077

Gaëtan Gracianette

Résultats 2ème samedi cycliste à DAMAZAN –27 janvier 2018

1 71

Par équipe, le CCM47 obtient, à l'issu de ces deux jours, la premièr place.

 

Damazan2 1024x768 gf

Cadets

 

Damazan2 3 1024x768 gf

Damazan2 4 1024x768 gf

Minimes

 

Damazan2 9 1024x768 gf

Damazan2 7 1024x768 gf

Damazan2 8 1024x768 gf

Damazan2 6 1024x768 gf

Juniors

 

Damazan2 13 1024x768 gf

Damazan2 12 1024x768 gf

PC-OPEN

Championnat de l'OMNIUM - 21/01/2018 - Vélodrome BORDEAUX

 

1 66

Championnat de l'OMNIUM - 20/01/2018 - Vélodrome BORDEAUX

 

2 21

Dsc06713 1024x768

L'équipe des minimes/cadets (lan Guillot, Lénaïc Langella et Andréa Sanchez) dans leur nouvelle combinaison.

 

Dsc06714 1024x768

 

26850796 2008768209394286 3266406803086967086 o

Lénaïc Langella monte à nouveau sur le podium !!

Il prend la 2ème place de l'omnium

Romane Biason a effectué son premier jour de stage, avec les filles de la fdj nouvelle aquitaine futuroscope.

26904075 1657751284247957 6943914070474342747 n

 

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE CYCLOCROSS QUELNEUC -56 - DIMANCHE 14 JANVIER 2018

Club organisateur : ROC Pays de Vilaine

Circuit extrêmement technique, boueux et avec une forte dénivelée.

Audric était bien placé sur la ligne de départ en 3ème ligne derrière Steve Chainel en première ligne et David Menut en deuxième ligne. Malheureusement, suite à un incident de course il déchaussé et se retrouve en dernière position. Il réussit à remonter quelques places, mais ses capacités physiques du moment l’empêchent de pouvoir faire mieux (il sortait de maladie). Pas grave, il a engrangé de l’expérience pour des années futures.

1 324

Préparatifs sur la ligne de départ

 

2 267

Près de 20000 personnes étaient présentes sur ce circuit exxigeant

 

3 211

Des dévers très techniques vue l’état du terrain

 

4 159

Un dénivelé positif important et exigeant

 

5 102

Vu l’état du terrain les planches ne se passaient pas à vélo

 

6 64

7 43

Steve Chainel et Francis Mourey,

10 victoires à eux deux dans un championnat de France

 Vainqueur : Steve Chainel Team Chazal Canyon

2ème Francis Mourey VC Valdahon Val de Vennes

3ème Arnold Jeanneson VC Challandais

35ème Audric Pasquet Club Cycliste Marmande

43 engagés et 40 coureurs classés.

CHAMPIONNAT REGIONAL CYCLOCROSS UFOLEP LAUZUN - 14 JANVIER 2018

1 323

Les coureurs du Club Cycliste Marmande 47 se classent :

En 40/49 ans François Dumas 24ème

En 13/14 ans féminines Romane Biason 2ème

En 13/14/ an garçons Paul Picard 2ème

Calendrier prévisionnel Nouvelle-Aquitaine 2018

Pour voir tous les articles, cliquez sur "BLOG"