=► C’EST QUOI LE GRAVEL BIKE ? ENTRE CYCLOCROSS ET VELO DE ROUTE LE VELO DE GRAVEL

On connaissait déjà ce type de parcours sur le Tour du Lot et Garonne et sur le Tro Bro Léon ainsi que sur  les Strates Blanches en Italie

 

1 903


Depuis quelques années, on voit sur les stands des vélos « hybrides », bâtis comme des vélos de route mais avec des freins à disques et de gros pneus. Pas vraiment route, pas vraiment cyclocross, ces nouveaux venus se classent dans une famille que les Américains nomment les « gravel bike ».

Si l’on traduit littéralement, cela signifie « vélo de gravier ». Qu’est-ce donc que ces engins-là ? Encore un nouveau concept marketing ou réel besoin de la part des cyclistes ?

Petite présentation de ces vélos de route qui n’hésitent pas à quitter le bitume.

Un gravel bike, c’est quoi ?

Un vélo gravel est un vélo au caractère sportif,  puisant dans l’ADN des vélos de route pour la maniabilité, de cyclocross et de randonnée pour l’aspect tous chemins et l’endurance. Si on se penche sur les éléments d’un gravel, on peut rapidement retrouver cet héritage multiple.

On repère tout de suite les éléments les plus distinctifs : des freins à disques pour un freinage sécurisant et précis, des pneus tubeless à grosses sections (du 30 au 48C). Le dégagement au niveau du cadre est plus important que sur un routier pour pouvoir accepter les grosses sections. Le cadre possède une géométrie typée endurance, avec parfois un slooping plus important que sur un route et une douille de direction plus haute pour pouvoir adopter une conduite plus droite et relaxée. Toujours dans la même optique de confort, le pédalier est placé plus bas pour moins donner l’impression de rouler ‘posé sur’ le vélo, comme on peut l’avoir sur un vélo de route. Les bases sont aussi plus longues, pour mieux absorber les vibrations.

 

2 718

De gros pneus, des freins à disques pour passer partout,

pas de doute, c’est un gravel.

 

Le développement (cassettes et plateaux) est également différent de ce qu’on peut trouver sur un vélo de route. Etant donné que vous devez pouvoir emmener votre gravel sur des terrains beaucoup moins roulant que du bitume, on est sur du court : du 50/30 ou du 48/32. Beaucoup de gravels sont en mono plateau avec une cassette de 10-42 pour pouvoir passer partout.

Côté cintre,  on reste sur un cintre de course mais là aussi, des modifications ont été apportées pour pouvoir bien tenir son vélo gravel sur terrain accidenté et rouler longtemps confortablement. Concrètement, un cintre gravel va avoir une forme évasée avec les cocottes inclinées vers l’intérieur vous une meilleur préhension et moins d’effort. Ce type de cintre oblige à adopter une position moins aérodynamique mais ce n’est pas le but recherché ici.
Si vous faites beaucoup de route, il sera plus judicieux de conserver le cintre de route classique. Sinon, n’hésitez pas à craquer pour un cintre spécifique.

Vous l’aurez compris, les maîtres-mots sur un vélo gravel sont le confort et la polyvalence.

Le gravel, un hybride polyvalent :

 

Le vélo de gravel se retrouve donc à la croisée de ces différentes pratiques :

Cyclo-cross : avec un vélo gravel, vous retrouverez le plaisir de vous aventurer sur les petites routes de sous-bois et les chemins caillouteux. Bref, du fun assuré

Endurance : un gravel est étudié pour rouler longtemps de manière confortable, à vous les longues balades.

VTT : sans avoir les mêmes capacités de franchissement qu’un VTT, un vélo de gravel et un tout-terrain partage le même goût pour l’aventure et la liberté. Vous pourrez vous faire plaisir sur les chemins blancs, les traces remplis de feuilles ou les sentiers boueux en saison hivernale.

Randonneuse : il vient rajeunir la vieille image de la randonneuse. En effet, de nombreux modèles de gravel sont prévus pour être équipés de garde-boues ou de porte-bagages et vous pourrez très facilement équiper votre gravel pour en faire un parfait vélo de voyage au long cours, capable de vous emmener loin sur des routes pas toujours goudronnées.

Commuter (vélotaf) : aussi maniable qu’un vélo de route et doté d’un freinage puissant et sécurisant, le gravel bike est une option très intéressante pour ceux qui utilisent leur vélo au quotidien pour aller travailler. Bonus, avec un gravel, il est facile de couper par une petite route ou un chemin pour varier les trajets !

Un collègue qui roulait auparavant sur un Genesis de route s’est récemment converti aux gros pneus. Et il en est ravi, « c’est super fun ! ». Son Volare passe l’hiver au chaud tandis que son gravel est sur la route tous les jours. Et le weekend, il peut maintenant varier l’entraînement en ajoutant les chemins de la forêt de Rambouillet aux virages de la vallée de la Chevreuse.

Un gravel convient à tous les usages. Il est assez maniable pour se glisser dans le trafic urbain, vous pouvez facilement l’équiper avec des porte-bagages si vous avez besoin de porter des courses; il est assez dynamique pour tenir l’allure lors d’une sortie en groupe sur route et surtout, il est assez solide et confortable pour vous permettre d’explorer les chemins en sous-bois.

 

3 584

Parcourir les chemins avec un pote VTTiste

 

4 443

Rouler quel que soit le temps sur les petites routes (sans avoir peur de freiner)

 

Mais au fait, d’où vient le gravel bike ?

 

Le phénomène Gravel nous vient du Midwest des USA où les cyclistes ont pris l’habitude de rouler sur les petites routes et chemins non-goudronnés depuis une dizaine d’années.


A l’époque, les riders bidouillaient leur vélo de cyclocross ou de route en leur ajoutant les plus gros pneus qui passaient entre les bases pour encaisser les chocs. Des courses d’endurance existent déjà là-bas, comme la Dirty Kanza ou DK200, qui comme son nom l’indique, parcourt 200 miles (321 km) dans les Flint Hills du Kansas, la Trans Iowa une rando en autonomie de plus de 482 km dans l’Iowa ou la Super Skaggs qui emmène les pilotes sur 155 km et 3200 m de D+ sous le cagnard californien.

 

5 306

Forcément, des chemins pareils, ça invite à la balade !

 

Pour faire une comparaison sportive, on peut dire que le gravel est l’équivalent du trail en course à pied : en plein essor, les épreuves fleurissent et les marques veulent leur modèle spécifique à tout prix.

Ces deux dernières années, l’industrie a remarqué l’enthousiasme du public pour ce nouvel usage du vélo et s’est emparé de cette nouvelle tendance pour accoucher de leurs derniers bébés, des vélos hyper polyvalents qui permettent de passer de la ville aux champs sans souci. Plus besoin de bricoler son cyclocross, son vélo de route ou d’avoir plusieurs montures. Maintenant, les cyclistes désireux de passer de la route aux chemins peuvent le faire avec le même vélo.

Si le calendrier des événements gravel est bien fourni aux US, nous n’en sommes qu’au début chez nous. Parmi les plus connues, la marque Caminade organise laGravel 66 , la Torino – Nice fait traverser les Alpes en septembre et en juin, le Vélovert Festival a prévu la Graveleuse Marin (82 km et 1840m de D+ dans le Vercors). Plus localement, des groupes de passionnés mettent sur pied des randos-gravel, comme l’Echappée belle à Paris. N’hésitez pas à vous renseigner autour de vous ! Le gravel bike en France est en plein développement.

 

 

6 212

La Barry-Roubaix, pas de pavés chez les Ricains

mais la randonnée est toute aussi épuisante !

 

Bien choisir son vélo gravier :

  • Cadre (Alu, Carbone, acier, titane) : les gravel ne sont pas les vélos les plus légers du monde, vous trouverez donc des cadres en acier, réputé pour ses qualité de confort et de solidité. Pour les personnes désireuses de faire plus de route et qui désirent un vélo plus léger, ils se dirigeront plus sur l’aluminium ou le carbone. Le groupe Fuji a notamment sorti le cadre Jari. Ce dernier s’avère être confortable tout comme par exemple le CDA de chez Genesis.
  • Pneu gravel : pas de pneus type, le choix de vos gommes va surtout dépendre de l’endroit où vous roulez et de votre expérience.
    Si vous faites 70% de route avec votre vélo gravel, vous ne choisirez pas le même pneu que si vous faites 70% de vos sorties sur de la caillasse. Dans une région extrêmement roulante, vous pouvez conserver des sections en 28 à 35. Au contraire, si vous roulez énormément en chemin, par tout temps et que vous cherchez du confort, optez pour du 38 à 45 (plus c’est large, plus vous gagnerez en confort et en tenue de route). Schwalbe et WTB proposent de nombreux modèles de pneus de gravel bike, vous devriez trouver celui qui vous convient.

7 154

  • Cintre Gravel : comme on l’a vu plus haut, le gravel bike s’utilise avec un cintre légèrement différent d’un cintre de route classique : plus écarté en bas afin de gagner en stabilité quand on descend sur un terrain accidenté, plus large pour une position plus confortable. Selon vos préférences, votre pratique et votre expérience, vous pouvez monter un cintre plat ou un cintre spécial gravel ou même un cintre de route plus compacte.
  • Tubeless ou chambre à air : préférez les pneus tubeless pour pouvoir rouler à des pressions moindres.
  • Transmission mono plateau : une transmission mono plateau, c’est le top du gravel bike ! Moins de maintenance, moins de temps passer à tripoté ses leviers sur un parcours technique, moins de poids, une transmission simplifiée donc plus fiable, anti-déraillement, bref, c’est un vrai plus !